Recherche

Recherche

Recherche approfondie sur les origines du diabète de type 1

Grâce à de généreux dons au fonds Hippo & Friends contre le diabète de type 1 et à l’ASBL Hippo and Friends, l’équipe du diabète, dirigée par le dr. Chantal Mathieu, le dr. Kristina Casteels et le dr. Pieter Gillard, peut mener des recherches plus approfondies sur les origines de diabète de type 1. Cela pourrait mener à terme à des traitements plus ciblés pour les patients et, espérons-le, également à éviter la maladie. À la KULeuven, nous collaborons avec divers groupes internationaux et industriels pour obtenir plus rapidement des résultats utiles. En outre, le centre du diabète travaille en étroite collaboration avec l’UZLeuven afin que la recherche fondamentale puisse être transposée plus rapidement en études cliniques. Nous mettons également l’accent sur la recherche translationnelle qui fait le lien entre bench et bedside. Il existe différentes lignes de recherche, dont la recherche sur l’ARN et les protéines dans les cellules humaines. Elle vise d’une part à trouver de nouveaux biomarqueurs pour détecter et surveiller mieux et plus rapidement le diabète de type 1, et d’autre part à prévenir et traiter cette maladie chronique. Ces objectifs sont ambitieux, mais nous ne visons rien de moins qu’un monde sans diabète de type 1. En outre, l’équipe de la KULeuven coordonne INNODIA, l’un des plus grands consortiums européens travaillant sur le diabète de type 1. Il existe ainsi une disponibilité immédiate d’échantillons humains provenant de patients et de leurs proches pour la recherche translationnelle.

Recherche sur les biomarqueurs immunologiques

La recherche sur les biomarqueurs immunologiques pour la détection précoce mais aussi pour un traitement plus ciblé du diabète de type 1 atteint sa vitesse de croisière. Certains de ces biomarqueurs, tels que les auto-anticorps, sont bien établis mais pas assez sensibles pour révéler le processus hétérogène de la maladie chez différents individus.

La recherche sur les protéines dans les cellules bêta productrices d’insuline humaine se concentre sur la recherche de protéines qui changent dans les cellules bêta productrices d’insuline en réponse à des réactions inflammatoires (inflammation) ou à d’autres types de stress et contribuent ainsi elles-mêmes à déclencher des réponses immunitaires erronées contre la cellule bêta. Certaines de ces protéines modifiées se déplacent vers la surface cellulaire, rendant les cellules bêta plus visibles pour le système immunitaire (lien). Ces résultats ont d’abord été constatés chez des souris atteintes de diabète de type 1 et plus tard chez des patients diabétiques de type 1 (lien; lien). Récemment, nous avons également commencé à introduire de toutes nouvelles technologies dans le centre du diabète. Le séquençage de l’ARN unicellulaire permet de regarder l'ensemble du transcriptome par cellule.

Immunothérapie

Notre système immunitaire est exposé, via nos intestins, à une grande variété de protéines provenant des aliments ingérés ou de bactéries dans nos intestins (flore intestinale ou microflore). Les protéines ingérées ne déclenchent pas d’attaque immunitaire, un phénomène appelé «tolérance orale». En collaboration avec Precigen ActoBio, le laboratoire du diabète de la KULeuven étudie comment les protéines inhérentes aux cellules bêta productrices d’insuline peuvent être présentées au système immunitaire de l’intestin via une bactérie génétiquement modifiée (Lactococcus lactis). Nous nous attendons à ce que l’organisme tolère ces protéines et, espérons-le, également toute la cellule bêta. Avec cette approche, il est possible, dans 2 cas sur 3, de définitivement mettre fin au processus pathologique chez les animaux de laboratoire atteints de diabète de type 1 (lien; lien). Sur la base de ces résultats, une première étude clinique a été lancée fin octobre 2018 chez des patients diabétiques de type 1 nouvellement diagnostiqués (lien).

Photos de microscopie électronique de bacteries 'Lactococcus lactis' 
©Precigen ActoBio, Zwijnaarde (Gant), Belgique

Vitamine D

La vitamine D est une vitamine et une hormone classique. La lumière du soleil est notre principale source de vitamine D. Notre organisme peut la fabriquer dans la peau sous l’influence du soleil. Une petite portion provient de notre alimentation. En plus des effets bénéfiques sur la structure osseuse, nous savons que la vitamine D est aussi importante pour le fonctionnement du pancréas et du système immunitaire. La vitamine D protège les cellules bêta productrices d’insuline contre les réactions inflammatoires et a un effet bénéfique sur le système immunitaire, y compris la génération de cellules immunitaires «régulatrices» qui rétablissent l’équilibre du système immunitaire perturbé dans le diabète de type 1. Nos recherches ont inspiré les scientifiques du LUMC aux Pays-Bas et une première thérapie cellulaire clinique à la vitamine D est actuellement en cours chez des patients diabétiques (lien). L’équipe de la KULeuven a également démontré que la vitamine D par voie orale empêche en partie le développement du diabète de type 1. Les études sur la vitamine D cherchent principalement à comprendre comment cette vitamine peut modifier et rééduquer le système immunitaire. Si nous comprenons cela, nous pourrons peut-être apporter les mêmes modifications avec des médicaments beaucoup plus ciblés. Une raison de plus pour vous promener au soleil au moins une fois par jour pendant 15 minutes, mais sans exagérer!